Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une RCH... et après ?

Après la maladie

12 Janvier 2014 , Rédigé par une rch...et après? Publié dans #Réflexions, #RCH

Voici le lien vers un article que j'ai trouvé utile.

Une maman qui sort d'un cancer du sein avec de très lourds traitements, qui était bien entourée et est toujours allée de l'avant pendant sa maladie et qui se sent un peu perdue face à l'"après maladie". J'ai trouvé ce témoignage intéressant. Pas tellement concernant l'utilité d'une thérapie ou non, mais surtout sur les points qui sont soulevés par le psy et dans lesquels je me suis retrouvée.

http://www.psychologies.com/Therapies/Vivre-sa-therapie/Commencer/Interviews/Premiere-seance-Je-sors-d-un-cancer-du-sein

De mon côté :

Pendant la maladie, le traitement médical et les interventions chirurgicales, je voulais continuer à faire comme si je pouvais tout maitriser. Je voulais faire bonne figure malgré tout et je n'écoutais pas ma fatigue. Je faisais comme si tout allait bien, enfin du mieux que je pouvais. Et je sais qu'à certains moments, je ne dupais personne ! Sauf moi peut-être ! En tout cas, mon entourage m'a laissé le bénéfice du doute ! Et petit à petit, j'ai appris que c'était important d'accepter l'aide des autres (et pas que l'aide du corps médical) et qu'il ne fallait pas prendre ça comme un échec ou une faiblesse. Que j'avais le droit de dire que c'était dur, de craquer et de demander à certaines personnes d'entendre cette souffrance. Bon pas dans le mélodrame systématique quand même, on est d'accord ! Et pas à tout bout de champ et à tout le monde (oui la boulangère s'en fout et à priori elle ne va pas aider sur ce coup là !)

Et maintenant que ça commence à aller mieux, et parce que j'approche de la date du 3ème temps chirurgical, je me projette dans l'après... Après ces 18 mois de galère... Et j'éprouve un sentiment bizarre. Je pensais ne ressentir que du soulagement : enfin, tout va bientôt être terminé. Mais non, je me sens en fait un peu perdue. J'ai l'impression d'avoir en face de moi un grand vide, l'inconnu. Je me demande si je saurai faire sans combat à mener. Parce que je crois que c'est ça, depuis plus d'un an, je mène un combat, plus ou moins intense et difficile (et je dois avouer qu'avec le temps, l'adversaire a perdu beaucoup de terrain !) Mais c'est bel et bien un combat. D'autant que pendant toute cette période, j'ai conscience d'avoir été choyée par mes proches, par certains médecins, par des infirmières, par les gens qui savaient ce que vivais. J'ai été protégée aussi, de plein de choses. Le retour à la normale m'effraie un peu. Serai-je capable d'exister socialement sans être malade ? Comment et quand mes rapports humains vont-ils redevenir normaux ? Comment reprendre ma vie après tout ça ? Mais surtout quelle vie reprendre ? Parce que j'avais décidé de quitter mon travail juste avant la grosse crise ayant nécessité la chirurgie. Je n'ai donc pas de travail qui m'attend quand tout sera fini et que je pourrai à nouveau travailler. Pas d'enfant, pas de crédit. Que des possibles en somme ! Tout à construire. Ouah c'est flippant quand même...

Partager cet article

Commenter cet article